jump to navigation

http://20six.fr/dieudeschats/rss octobre 24, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
add a comment

Titre/Lien : Sur la réserve — Sujet(s) : Sur la réserve — Editeur : dieudeschats — publié le : mardi 24 octobre 2006 13:48:00– C’est pas neuf mais une piqûre de rappel ne fait pas de mal…

Les Etats-Unis, l’Europe et la Chine puisent à l’excès dans les réserves biologiques de la planète

Extrait du Monde du 23.10.06

L’humanité consomme plus de ressources biologiques, de l’ordre de 25 %, que la planète n’en produit chaque année. Elle pompe donc maintenant dans ses réserves, une situation qui ne pourra pas durer longtemps. C’est le principal message du rapport Living Planet 2006 publié par le WWF.

L’empreinte écologique mesure la pression de l’humanité sur la biosphère en évaluant combien d’hectares sont nécessaires pour fournir les ressources biologiques (bois, nourriture, viande, etc.) dont chaque humain a besoin, ainsi que pour assurer l’absorption des rejets de son activité, essentiellement le CO2.

Selon ces calculs, tout habitant de la planète exige aujourd’hui 1,8 hectare « global » (moyenne intégrant les différentes fonctions du sol). Mais quand un Nigérien ou un Indien requiert 0,8 ha, un citoyen des Etats-Unis demande 9,6 ha, un Français 5,6, un Japonais 4,4. Ces pays sont donc débiteurs à l’égard de ceux qui utilisent moins de 1,8 ha. Mais c’est l’humanité dans son ensemble qui consomme trop. Si la tendance actuelle se poursuivait, elle consommerait la capacité biologique de deux « Terres » en 2050.

NdDDC : Si tout le monde consommait comme le Belge moyen, il faudrait déjà 3 « Terres »…

(repris dans le Freezine), ,

Publicités

Le BLOG à RYTHME . . . [ L-che.net ] octobre 16, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
add a comment

Titre/Lien : Mailog — publié le : lundi 16 octobre 2006 2:00:00–

(BàR PRESS) Le web n’en finit pas de se régénérer et pourrait bien finir par aspirer toutes les autres applications d’internet. Pour preuve le dernier concept à la mode, le mailog, venu de Chine – ce qui constitue une première pour le www dont l’influence était systématiquement nord-américaine jusqu’alors.


Le mailog s’étend très rapidement en Asie et pointe le bout de son nez en Europe via la Russie qui s’est sans doute reconnue dans la génèse particulière de ce nouveau pan de l’histoire du réseau des réseaux.

Le mailog prend la forme d’un blog mais est constitué exclusivement des mails de son auteur. Il s’agit concrètement de la mise en ligne de sa propre messagerie. Le succès a été au rendez-vous lorsque la célébrité musicale Jou Chai a ouvert un mailog dont le contenu sulfureux a rapidement défrayé la chronique. La revue 简体中文版 ("magazine", en chinois), qui est distribuée dans l’ensemble des 31 provinces, a ensuite contribué à la montée en puissance du phénomène.

Excès de zèle politique ou pied de nez à la censure ? La prudence semble de mise à ce sujet : personne encore n’a revendiqué la paternité du mailog et les autorités chinoises ne se sont jamais prononcées sur cette nouvelle façon de communiquer qui peut laisser perplexe.

TJ-Blog  [ source : FlickR] - freezine


Interrogé sur le sujet, Hans Wirefold, qui a pris le 2 janvier dernier la tête du W4C, l’organisation internationale régulant les règles d’usage d’internet, souhaite observer « les premières appropriations significatives du mailog en Occident » avant d’acter sa réalité.

Stephen Dukand, avocat de www’Amnesty, une association veillant à la liberté d’expression sur le web, met en garde : « Proposer en ligne ses écrits destinés à quelqu’un en particulier, c’est une lettre ouverte… ou une trahison de l’intimité, mais ça reste légal. Publier ses mails reçus, en revanche, c’est une rupture de la correspondance privée et à ce titre passible de poursuites ».

Rieur, le français Nicolas Voisin, duc de la blogosphère, co-auteur de PoliTIC Show, déclare quant à lui que « le mailog permettra de règler le cruel dilemne des bloggueurs à qui les amis reprochent d’écrire plus d’articles pour des inconnus que de mails à leurs proches ».


Lire    
la précédente dépêche  de BàR PRESS

, ,

Le BLOG à RYTHME . . . [ L-che.net ] octobre 14, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
add a comment

Titre/Lien : De l’importance des manuels — publié le : samedi 14 octobre 2006 2:00:00–
La "mauvaise utilisation" d’un logiciel à l’origine d’accidents de radiothérapie à Epinal

source : LeMonde.fr

« Ces accidents, survenus entre mai 2004 et mai 2005 pendant la mise en place du Plan cancer au centre hospitalier Jean-Monnet, sont imputables à une "mauvaise utilisation" d’un nouveau logiciel introduit en mai 2004. Des erreurs de paramétrage, un "manque de maîtrise technique" d’une partie du personnel ont abouti à une surexposition de 20 % aux rayonnements de radiothérapie de 23 patients traités au cours de cette période. Sur ces 23 patients, l’un est décédé, treize ont connu des complications apparues à partir de juillet 2005, à savoir une rectite (inflammation du rectum) qui a nécessité la pose d’un anus artificiel, trois sont morts depuis, sans lien avec cette affaire, les six derniers n’ont aucun symptôme. »

lire également
L’Express
Le Nouvel Obs

Prypiat, Ukraine : la cité qui disparaîtPripyat (Ukraine), la cité qui disparaît  
source : La Repubblica

Les manuels scolaires manipulés…REAGISSONS

source : Ecolo du jour


« En écoutant l’émission de France Inter "CO2 mon amour" du 7 octobre, j’ai été choqué d’apprendre qu’un manuel scolaire du programme d’Histoire Géographie, destiné aux élèves de Première Sciences et Technologies de Gestion, avait le contenu suivant.

Dans sa partie parlant du maïs, il est un moment question, of course, du maïs transgénique, avec une photo des faucheurs volontaires de dos, et une légende expliquant que ces faucheurs s’opposent à la science, aux agriculteurs et aux forces de l’ordre. Bon, pourquoi pas (même si déjà, ces propos sont très réducteurs), cependant, ce qui est TRES choquant est le contenu suivant….dans le texte à coté de cette photo. "Les OGM permettront d’augmenter les rendements, de coller aux demandes de l’industrie et de mieux gérer les problèmes d’environnement", propos tenus par un géographe !

C’est inadmissible car à aucun moment, il n’a été mentionné qu’il existait de très sérieux doutes quant aux effets sur la santé des OGM, il n’a pas été mentionné que ces OGM pouvaient contaminer des champs bio, que les pesticides se retrouvaient ensuite dans les sols….

Bref, un vrai scandale. L’éducation Nationale se doit de donner à nos enfants une information objective.

Je vous propose que nous écrivions tous une lettre de protestation auprès des Editions Magnard, afin qu’ils retirent ce paragraphe dans leurs prochains manuels ou alors, qu’ils expliquent les risquent encourus et les doutes persistants concernant ces OGM .

Freemen, Freewomen, Freezine… REAGISSONS !

Voici les coordonnées  :
Editions Magnard
20 rue Berbier du Metz
75013 PARIS

Envoyez en même temps une lettre au :
Ministère de l’Education Nationale

110 rue de Grenelle
75357 Paris SP07

»

Pripyat (Ukraine), la cité qui disparaît  
source : La Repubblica

, ,

http://20six.fr/dieudeschats/rss octobre 13, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
add a comment

Titre/Lien : Le coup de gueule d’Hugo Chávez — Sujet(s) : Le coup de gueule d’Hugo Chávez — Editeur : dieudeschats — publié le : vendredi 13 octobre 2006 15:01:00– Le président du Vénézuela a beau diriger un pays producteur de pétrole, il n’en tonne pas moins contre le monde automobile… et le capitalisme.
The Guardian

Londres. Chaque fois que je visite une capitale ou une grande ville, je fais une enquête – une enquête sur les voitures. Vous savez, être président, c’est comme être prisonnier : vous descendez de l’avion – bienvenue, bienvenue, bienvenue -, on vous fourre dans une voiture, vroum, en route pour l’hôtel, vous réussissez à voir les rues, vous descendez de la voiture, vous entrez dans une chambre, vous attendez, il vous reste dix minutes, vous vous mettez en route, vroum, vous êtes arrivé. Vous vous rendez directement d’un endroit à l’autre et, le soir, vous êtes de retour à l’hôtel, et voilà.

Alors, qu’est-ce que je fais ? Je regarde dehors et je compte les autres voitures – dans le monde entier, à New York, à Washington, à Vienne. Dans toutes les grandes villes, on a l’impression que 96% des véhicules forment de longues files qui ressemblent à des vers, progressant à une allure de tortues, consommant on ne sait combien de litres au kilomètre, car ils avancent à peine. Les conducteurs sont coincés et ne peuvent éteindre le moteur car il faudrait redémarrer aussitôt. Et ils essaient seulement de parcourir 3 km à 5 km dans la même ville. Et là encore, dans 96% de ces véhicules – conçus pour quatre à six personnes -, on ne voit qu’une seule personne : celle qui est assise derrière le volant. Ce véhicule mesure, en gros, trois mètres de long pour deux mètres de large. C’est le cas extrême de l’individualisme capitaliste.

Tout le monde veut avoir une voiture et conduire dans les rues comme un idiot : seul dans sa voiture, consommant des litres et des litres de carburant, et polluant l’atmosphère. Faut-il nous jeter la pierre ? Non. C’est la faute de la propagande capitaliste dont on nous abreuve par l’intermédiaire du petit écran depuis que nous sommes tout petits. Un enfant assis devant la télévision est en danger. On nous montre une jolie voiture neuve : somptueuse ! Une femme en tenue légère : très belle ! Des femmes-objets qui apparaissent avec telle ou telle accessoire et la voiture luxueuse. Ce qu’on ne nous montre pas, c’est que les gens bien sont ceux qui aident les enfants handicapés, ceux qui soignent les personnes âgées et les malades ou ceux qui coupent leur pain en deux pour en donner à celui qui a faim. La télévision nous dit que les gens bien possèdent de beaux vêtements et des voitures luxueuses.

Vous vous rendez compte, chacun a son véhicule personnel : le mari, la femme, chacun la sienne, et, quand leur fils atteint les 18-20 ans, on lui donne l’une des deux. Et celui qui n’en a pas se sent triste. Et puis il y a les personnes qui se sentent inférieures parce qu’elles doivent prendre le bus, le métro ou le tram, c’est-à-dire les transports en commun. Les Etats-Unis, par exemple, ne représentent que 5% de la population mondiale, mais consomment 25% de l’énergie produite. C’est de la folie pure ! Ce modèle ne peut pas durer.

Supposons que nous voulions tous vivre selon ce modèle et que cela soit possible, comme par magie. Supposons que Nicolas Maduro, le président de l’Assemblée nationale du Venezuela, soit magicien : nous pourrions nous réveiller demain matin et vivre à l’américaine. Quelqu’un dirait : « Ah, Nicolas, vous avez fait le miracle du siècle ! Regardez, nous gagnons bien notre vie : nous avons tous une voiture et une maison. » Si cela était possible, savez-vous ce qui devrait se produire simultanément ? Il nous faudrait trouver sept ou huit planètes comme la Terre pour pouvoir continuer à vivre de la sorte. Nous avons inventé des télescopes, les plus puissants qui soient, et nous n’avons cependant pu repérer, dans la Voie lactée ou dans une autre constellation ou galaxie, une seule autre planète comme la Terre. Pas encore.

Actuellement, notre attitude vis-à-vis de l’environnement et notre gestion des déchets solides ne tiennent pas la route. Des immeubles fermés de tous les côtés, pratiquement sans fenêtres ou munis de vitres noires opaques, sont éclairés artificiellement par des spots et des ampoules allumés 24 heures sur 24 : cela n’est pas possible. Et 90% des véhicules dans les rues de Londres, Vienne, Madrid, New York et Caracas qui ne transportent qu’une personne, c’est de la folie. Chacun sa voiture ? Notre planète ne pourra pas suivre : elle ne pourra pas supporter ce modèle de capitalisme, d’extrême individualisme et de consommation égoïste. Le prétendu développement détruit notre planète. Il est, disons-le franchement, une belle bêtise – « una cosa de tontos ».

Hugo Chávez, in The Guardian
Traduit et publié dans le Hors-Série spécial changement climatique du Courrier International, octobre-novembre-décembre 2006

Repris in extenso dans le Freezine., ,

NC octobre 13, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
add a comment

Titre/Lien : Les manuels scolaires manipulés…REAGISSONS — publié le : vendredi 13 octobre 2006 15:28:31–

En écoutant l’émission de France Inter "CO2 mon amour" du 7 octobre, j’ai été choqué d’apprendre qu’un manuel scolaire du programme d’Histoire Géographie, destiné aux élèves de Première Sciences et Technologies de Gestion, avait le contenu suivant.

Dans sa partie parlant du Maïs, il est un moment question, of course, du maïs transgénique, avec une photo des faucheurs volontaires de dos, et une légende expliquant que ces faucheurs s’opposent à la science, aux agriculteurs et aux forces de l’ordre. Bon, pourquoi pas (même si déjà, ces propos sont très réducteurs), cependant, ce qui est TRES choquant est le contenu suivant….dans le texte à coté de cette photo. "Les OGM permettront d’augmenter les rendements, de coller aux demandes de l’industrie et de mieux gérer les problèmes d’environnement", propos tenus par un géographe !

C’est inadmissible car à aucun moment, il n’a été mentionné qu’il existait de très sérieux doutes quant aux effets sur la santé des OGM, il n’a pas été mentionné que ces OGM pouvaient contaminer des champs bio, que les pesticides se retrouvaient ensuite dans les sols….

Bref, un vrai scandale. L’éducation Nationale se doit de donner à nos enfants une information objective.

 Je vous propose que nous écrivions tous une lettre de protestation auprès des Editions Magnard, afin qu’ils retirent ce paragraphe dans leurs prochains manuels ou alors, qu’ils expliquent les risquent encourus et les doutes persistants concernant ces OGM .

Freemen, Freewomen, Freezine ….REAGISSONS !

Voici les coordonnées  :

Editions Magnard

20 rue Berbier du Metz

75013 PARIS

Envoyez en même temps une lettre au ministère de l’Education Nationale

110 rue de Grenelle

75357 Paris SP07

Pour information, je ne manquerai pas de vous tenir informé de leurs réponses (s’ils me répondent, bien évidemment !)

, ,

Codevi verdâtre, jeunes des banlieues et d’ailleurs, chômeurs… octobre 12, 2006

Posted by freemen in in extenso, Uncategorized.
2 comments

repris sur le site Activart

Le gouvernement vient d’ajouter une « touche écologique » au Codevi, en lui permettant de financer 10 milliards d’euros de prêts pour des équipements écologiques d’habitation : le gouvernement « prend au sérieux les questions d’environnement » a-t-on pu lire ici ou là.

Qu’on me permette de penser que cette prise au sérieux n’est pas une mesure forte, du simple fait que cette possibilité offerte par le Codevi ne garantit en rien qu’elle sera utilisée et nul ne saura, en plaçant de l’argent sur un tel compte, si les fonds serviront à financer ces équipements écologiques ou n’importe quel développement industriel (Codevi = Compte pour le Développement Industriel).

Quelle meilleure façon de noyer le poisson environnemental ?

Votre argent financera peut-être quelques chauffages solaires, peut-être un nouvel incinérateur, allez savoir ?

En prétendant « prendre au sérieux les questions d’environnement » le gouvernement réagit visiblement à une certaine « opinion publique » : il flotte dans l’air du temps comme un souci, une inquiétude, sur notre avenir et il convient pour un politique de « fournir un signal » que le message a été bien reçu et pris en compte.

Reste à savoir si cette prise en compte est vraiment à la hauteur du problème tel que les scientifiques nous le décrivent, et « un signal » ne devrait pas nous satisfaire.

Or au niveau mondial les scientifiques (j’entends ici les spécialistes des questions du climat, et non des scientifiques d’autres disciplines qui s’exprimeraient de façon fantaisiste sur une question pour laquelle ils ne bénéficient d’aucune connaissance particulière, comme vient de le faire Claude Allègre) sont unanimes à affirmer que le réchauffement climatique par accroissement des teneurs en gaz à effet de serre dans l’atmosphère est un problème majeur qui aura des conséquences graves sur la planète, la biosphère, nos sociétés, nos conditions de vie…

Ils sont également unanimes à considérer que cette lutte contre l’accroissement de nos émissions de gaz à effet de serre sera une lutte de longue haleine difficile à mener et à « gagner ».

Modification du Codevi et plan « biocarburant » du gouvernement sont très loin d’apporter des solutions susceptibles de changer quoi que ce soit de façon significative : il faut les appeler des « mesurettes ».

Ceci d’autant plus que les solutions adoptées en matière de biocarburants sont les moins performantes, ce qui est démontré par de nombreuses études.

S’il est intéressant de fabriquer au Bésil de l’éthanol à partir de canne à sucre, cela doit à la particularité de la plante et à celle du climat, qui lui permet de se développer avec un rendement élevé.

En effet si la production d’éthanol dans ces conditions offre un rendement énergétique intéressant cela tient au taux élevé en sucre de la plante et aussi au fait qu’elle fournit une masse importante de matière sèche (tige et feuilles) qui est utilisée pour chauffer le processus de transformation du sucre en alcool : aucun combustible fossile n’est donc nécessaire pour fabriquer l’éthanol, et la totalité du sucre de la plante est transformée en carburant.

Evidemment la betterave ne présente pas ce type d’avantage car il n’est pas connu que cette betterave pousse au sommet d’une longue tige ligneuse que l’on pourra brûler : soit une partie du sucre fourni par la plante sera utilisée (après transformation) pour alimenter en énergie l’usine de production d’éthanol, ce qui fera baisser le rendement, soit il sera fait appel à une énergie autre (fossile, comme le pétrole ou le gaz par exemple), ce qui fera également baisser le rendement énergétique d’une autre façon.

On en conclut que le biocarburant éthanol peut constituer une excellente solution dans certains cas et une solution assez peu défendable dans d’autres cas, certains avancent qu’il faur environ un litre de produit pétrolier pour produire un litre d’éthanol, et que l’on consomme plus d’éthanol que d’essence au kilomètre…

Je n’ai pas réalisé de calculs précis pour vérifier si le bilan énergétique de l’éthanol français est à ce point catastrophique : on sait en tout cas qu’il n’est pas excellent.

Est-ce à dire que la France devrait se priver de biocarburants ?

Non car d’autres solutions existent, et celle qui présente le meilleur rendement énergétique pour un pays comme la France est la filière des Huiles Végétales Pures, produites à partir de Tournesol, utilisables directement dans la plupart des moteurs diesel jusqu’à des concentrations élevées.

Leur production ne nécessite pas la construction d’usines comparables à des raffineries, elle peut se faire très facilement mais, en contravention avec une directive européenne, la France interdit leur utilisation comme carburant automobile.

Pourtant cette Huile Végétale Pure offre un rendement énergétique au moins 3 fois plus élevé que les autres solutions (éthanol, diester) promues par le gouvernement, et c’est là un point de la plus grande importance puisque ce rendement signifie en fait qu’un hectare de culture permettrait d’économiser au moins 3 fois plus d’émissions de gaz à effet de serre s’il est cultivé en Tournesol que s’il est cultivé en Betterave !!!

Sans compter que la culture du Tournesol est beaucoup moins polluante que celle de la betterave ou que celle du maïs.

Déjà, vu de cette façon, le tableau des mesures gouvernementales « pour l’environnement » n’est plus si enthousiasmant qu’avant mais il y a pire.

Vous qui êtes jeunes, qui êtes chômeurs, qui comptez serré en fin de mois, sachez voir que ces mesures cachent, et peut-être pour longtemps, une forêt de possibilités qui ne seront peut-être jamais exploitées et qui seraient autrement plus profitables à tout le monde ainsi qu’à notre environnement, avec un impact plus fort en matière de réchauffement climatique.

D’abord si vous avez 15 ans en 2006 vous aurez 59 ans en 2050 et, en vous documentant un peu vous le découvrirez, il y a très peu de chances que 2050 ressemble à 2006 à de nombreux points de vue : vous devrez affronter un monde qui aura subi des changements très profonds, de tous ordres.

Des changements que nous sommes aujourd’hui incapables de décrire mais le seul fait que l’on ait pu cette année pour la première fois rejoindre le pôle Nord en bateau devrait vous inquiéter : ce passage de la glace à l’eau liquide dans cette région, qui constitue un changement majeur, nous indique peut-être à quel point le climat de notre pays pourrait être bouleversé.

Sera-t-il encore possible de cultiver de la betterave en Picardie dans 15 ans ?

Rien ne le garantit et cette seule question devrait nous mener à réfléchir sérieusement à l’opportunité de construire de grosses unités de production d’éthanol, dont l’amortissement se fera sur plusieurs dizaines d’années, pour alimenter une filière qui aujourd’hui n’est pas rentable et subventionnée par le contribuable à hauteur de 45 euros par hectare (au moins, chiffre à confirmer), tandis que la production d’Huile Végétale Pure non subventionnée s’avère rentable (on peut s’en procurer « clandestinement » à un prix voisin de 0,65 Euros le litre).

Si vous êtes chômeur vous devriez déplorer cette interdiction d’utiliser les Huiles Végétales Pures : leur autorisation pourrait conduire à la naissance d’un certain nombre de petites entreprises de pressage – filtration de tournesol avec de nombreux emplois à la clef, un débouché nouveau pour de nombreux petits agriculteurs, tandis que les bénéfices des filières choisies par le gouvernement se répartiront essentiellement entre de puissants agriculteurs et les compagnies pétrolières (maîtres d’oeuvre des usines de transformation) avec seulement quelques milliers d’emplois.

On constate donc qu’un certain nombre de calculs n’ont peut-être pas été menés avec toute la rigueur souhaitable lorsqu’il s’agit de veiller à l’intérêt général de la population, et qu’une sorte de privilège a été attribué aux plus puissants…

Mais il y a pire encore : notre réduction d’émissions de gaz à effet de serre doit être massive pour avoir un effet mesurable, et ce n’est que par des mesures de grande ampleur qui nous obtiendrions cet effet massif.

Or des mesures de grande ampleur sont possibles et seraient la source de la création de centaines de milliers d’emplois, d’un dynamisme économique plus fort que celui que l’on constate en France ces dernières années ainsi que d’un accroissement du pouvoir d’achat notamment envers les salaires moyens et bas.

Des politiques de grands travaux orientées vers la multiplication des transports en commun (une nécessité pour réduire une source importante d’émission de gaz à effet de serre par l’automobile) et vers une conversion du bâti existant vers une plus grandes indépendance vis à vis des énergies fossiles (et de l’électricité, car il va se construire en France plus de 10 000 MW d’unités de prodution d’électricité à partir de combustibles fossiles), appuyées par les dispositions fiscales appropriées pour que ces politiques atteignent rapidement un régime de croisière important (prix de leur efficacité du point de vue de l’environnement) sont désormais nécessaires mais on ne voit aucun signe qu’elles seront mises en place.

La réhabilitation énergétique de 400 à 500 000 logements par an (conversion au chauffage solaire des locaux et de l’eau sanitaire, amélioration de l’isolation…) donnerait un vigoureux coup de fouet au marché de l’emploi, permettrait la formation de milliers de personnes à des métiers qui leur permettraient enfin de trouver un emploi stable gratifiant, non délocalisable…

Ce seul chantier nécessiterait la création d’au moins 100 000 emplois par an pendant au moins 5 ans…

Un avenir pour tous

Faites des affiches, comme celle-ci ou différentes, mais exprimant un sens identique.

Imprimées, bricolées, griffonées… peu importe !

Et collez-en partout, en banlieue, en ville, en campagne, distribuez largement : vous pouvez agir sur nos avenirs !

Vous qui gagnez le SMIC, imaginez que votre facture de chauffage soit demain réduite de 50 à 70% : vous y gagneriez probablement en confort et assurément en pouvoir d’achat.

Imaginez qu’une possibilité de transport en commun vous permette de ne plus utiliser votre voiture pour aller travailler : quel serait votre gain ?

Pour beaucoup d’entre nous il serait significatif, important.

Mais on s’étripe dans les sphères politiques sur les efficacités comparées de la police et de la justice vis à vis de la délinquance « en banlieue », et l’on enverra probablement des renforts de forces de l’ordre dans de nombreux endroits, qui ne pourront que constater qu’il est presque impossible d’y rétablir et d’y maintenir un minimum d’ordre… comme d’habitude !

Comme si l’enjeu principal, « l’attitude la plus payante » était de montrer que l’on a de la force : mais chacun sait que l’état peut « déployer des forces », c’est même très facile à faire, beaucoup plus facile que de résoudre les problèmes sociaux graves et bien identifiés qui s’accumulent et s’aggravent mutuellement…

Il est bien connu que toute personne qui a de bonnes perspectives d’avenir et d’épanouissement ne s’investit pas prioritairement dans la délinquance, et ce qui manque assurément à de très nombreuses personnes aujourd’hui est cet espoir d’améliorer sa condition.

Ce qu’il faut pour qu’un ordre satisfaisant règne partout c’est que chacun puisse considérer qu’il dispose de perspectives d’avenir satisfaisantes : le premier désordre, le désordre fondamental est que ces perspectives n’existent pas pour tout le monde de façon évidente.

Et du fait de ce réchauffement climatique qui représente une menace grave nous disposons d’une opportunité de « ranimer » notre société, de lui donner un dynamisme nouveau, opportunité qu’il nous faudrait saisir très vite et aurait plusieurs effets positifs pour tous : une relance massive du marché de l’emploi, une amélioration du pouvoir d’achat, une relance forte d’une croissance non destructrice de l’environnement, une amélioration importance de notre balance du commerce extérieur, un renforcement global de notre économie…

Alors vous, les chômeurs, les peu, les mal payés, les « jeunes de banlieue », réfléchissez, renseignez-vous : vous constaterez que la lutte contre le réchauffement climatique constitue une formidable opportunité d’améliorer, parfois de façon considérable, votre ordinaire et vos perspectives de vie.

Mettre le feu à poubelles et voitures ne changera rien à votre condition, mais allumer partout la flamme de l’imagination pour que nous nous attaquions enfin de façon efficace à l’un des grands problèmes du monde, auquel nous n’échapperons pas, voilà ce qui changera votre avenir, notre avenir à tous.

Comment allumer cette flamme ?

En mettant sur le gril tous les candidats à la présidentielle sur le thème de la lutte contre le réchauffement climatique : il faut le faire, dès maintenant, massivement.En leur demandant de présenter un programme précis, chiffré, avec des échéances à respecter et sur lequel ils s’engageront.

C’est sur la qualité des perspectives d’avenir qu’ils offriront à TOUS que nous devrons faire notre choix, parce-que c’est seulement cela qui compte.

Le BLOG à RYTHME . . . [ L-che.net ] octobre 7, 2006

Posted by Oldcola in in extenso.
3 comments

Titre/Lien : L’affaire Bereno — publié le : vendredi 6 octobre 2006 22:52:16–

Sculptures humaines sur la plage à Sydney   [ source : www.repubblica.it ] - L'affaire Béréno  (freezine)
[ tam-tam ]


Silence, on souffre – Le Monolecte


Acces to the weblog you have requested has been suspended – Franck Paul
Bereno, un inspecteur du travail qui dérange – BlogSpleen, idéal et petites révoltes
L’inspecteur du travail Bereno censuré – Big Bang Blog

La fin du blog de Bereno – Maître Eolas




, ,