jump to navigation

Codevi verdâtre, jeunes des banlieues et d’ailleurs, chômeurs… octobre 12, 2006

Posted by freemen in in extenso, Uncategorized.
trackback

repris sur le site Activart

Le gouvernement vient d’ajouter une « touche écologique » au Codevi, en lui permettant de financer 10 milliards d’euros de prêts pour des équipements écologiques d’habitation : le gouvernement « prend au sérieux les questions d’environnement » a-t-on pu lire ici ou là.

Qu’on me permette de penser que cette prise au sérieux n’est pas une mesure forte, du simple fait que cette possibilité offerte par le Codevi ne garantit en rien qu’elle sera utilisée et nul ne saura, en plaçant de l’argent sur un tel compte, si les fonds serviront à financer ces équipements écologiques ou n’importe quel développement industriel (Codevi = Compte pour le Développement Industriel).

Quelle meilleure façon de noyer le poisson environnemental ?

Votre argent financera peut-être quelques chauffages solaires, peut-être un nouvel incinérateur, allez savoir ?

En prétendant « prendre au sérieux les questions d’environnement » le gouvernement réagit visiblement à une certaine « opinion publique » : il flotte dans l’air du temps comme un souci, une inquiétude, sur notre avenir et il convient pour un politique de « fournir un signal » que le message a été bien reçu et pris en compte.

Reste à savoir si cette prise en compte est vraiment à la hauteur du problème tel que les scientifiques nous le décrivent, et « un signal » ne devrait pas nous satisfaire.

Or au niveau mondial les scientifiques (j’entends ici les spécialistes des questions du climat, et non des scientifiques d’autres disciplines qui s’exprimeraient de façon fantaisiste sur une question pour laquelle ils ne bénéficient d’aucune connaissance particulière, comme vient de le faire Claude Allègre) sont unanimes à affirmer que le réchauffement climatique par accroissement des teneurs en gaz à effet de serre dans l’atmosphère est un problème majeur qui aura des conséquences graves sur la planète, la biosphère, nos sociétés, nos conditions de vie…

Ils sont également unanimes à considérer que cette lutte contre l’accroissement de nos émissions de gaz à effet de serre sera une lutte de longue haleine difficile à mener et à « gagner ».

Modification du Codevi et plan « biocarburant » du gouvernement sont très loin d’apporter des solutions susceptibles de changer quoi que ce soit de façon significative : il faut les appeler des « mesurettes ».

Ceci d’autant plus que les solutions adoptées en matière de biocarburants sont les moins performantes, ce qui est démontré par de nombreuses études.

S’il est intéressant de fabriquer au Bésil de l’éthanol à partir de canne à sucre, cela doit à la particularité de la plante et à celle du climat, qui lui permet de se développer avec un rendement élevé.

En effet si la production d’éthanol dans ces conditions offre un rendement énergétique intéressant cela tient au taux élevé en sucre de la plante et aussi au fait qu’elle fournit une masse importante de matière sèche (tige et feuilles) qui est utilisée pour chauffer le processus de transformation du sucre en alcool : aucun combustible fossile n’est donc nécessaire pour fabriquer l’éthanol, et la totalité du sucre de la plante est transformée en carburant.

Evidemment la betterave ne présente pas ce type d’avantage car il n’est pas connu que cette betterave pousse au sommet d’une longue tige ligneuse que l’on pourra brûler : soit une partie du sucre fourni par la plante sera utilisée (après transformation) pour alimenter en énergie l’usine de production d’éthanol, ce qui fera baisser le rendement, soit il sera fait appel à une énergie autre (fossile, comme le pétrole ou le gaz par exemple), ce qui fera également baisser le rendement énergétique d’une autre façon.

On en conclut que le biocarburant éthanol peut constituer une excellente solution dans certains cas et une solution assez peu défendable dans d’autres cas, certains avancent qu’il faur environ un litre de produit pétrolier pour produire un litre d’éthanol, et que l’on consomme plus d’éthanol que d’essence au kilomètre…

Je n’ai pas réalisé de calculs précis pour vérifier si le bilan énergétique de l’éthanol français est à ce point catastrophique : on sait en tout cas qu’il n’est pas excellent.

Est-ce à dire que la France devrait se priver de biocarburants ?

Non car d’autres solutions existent, et celle qui présente le meilleur rendement énergétique pour un pays comme la France est la filière des Huiles Végétales Pures, produites à partir de Tournesol, utilisables directement dans la plupart des moteurs diesel jusqu’à des concentrations élevées.

Leur production ne nécessite pas la construction d’usines comparables à des raffineries, elle peut se faire très facilement mais, en contravention avec une directive européenne, la France interdit leur utilisation comme carburant automobile.

Pourtant cette Huile Végétale Pure offre un rendement énergétique au moins 3 fois plus élevé que les autres solutions (éthanol, diester) promues par le gouvernement, et c’est là un point de la plus grande importance puisque ce rendement signifie en fait qu’un hectare de culture permettrait d’économiser au moins 3 fois plus d’émissions de gaz à effet de serre s’il est cultivé en Tournesol que s’il est cultivé en Betterave !!!

Sans compter que la culture du Tournesol est beaucoup moins polluante que celle de la betterave ou que celle du maïs.

Déjà, vu de cette façon, le tableau des mesures gouvernementales « pour l’environnement » n’est plus si enthousiasmant qu’avant mais il y a pire.

Vous qui êtes jeunes, qui êtes chômeurs, qui comptez serré en fin de mois, sachez voir que ces mesures cachent, et peut-être pour longtemps, une forêt de possibilités qui ne seront peut-être jamais exploitées et qui seraient autrement plus profitables à tout le monde ainsi qu’à notre environnement, avec un impact plus fort en matière de réchauffement climatique.

D’abord si vous avez 15 ans en 2006 vous aurez 59 ans en 2050 et, en vous documentant un peu vous le découvrirez, il y a très peu de chances que 2050 ressemble à 2006 à de nombreux points de vue : vous devrez affronter un monde qui aura subi des changements très profonds, de tous ordres.

Des changements que nous sommes aujourd’hui incapables de décrire mais le seul fait que l’on ait pu cette année pour la première fois rejoindre le pôle Nord en bateau devrait vous inquiéter : ce passage de la glace à l’eau liquide dans cette région, qui constitue un changement majeur, nous indique peut-être à quel point le climat de notre pays pourrait être bouleversé.

Sera-t-il encore possible de cultiver de la betterave en Picardie dans 15 ans ?

Rien ne le garantit et cette seule question devrait nous mener à réfléchir sérieusement à l’opportunité de construire de grosses unités de production d’éthanol, dont l’amortissement se fera sur plusieurs dizaines d’années, pour alimenter une filière qui aujourd’hui n’est pas rentable et subventionnée par le contribuable à hauteur de 45 euros par hectare (au moins, chiffre à confirmer), tandis que la production d’Huile Végétale Pure non subventionnée s’avère rentable (on peut s’en procurer « clandestinement » à un prix voisin de 0,65 Euros le litre).

Si vous êtes chômeur vous devriez déplorer cette interdiction d’utiliser les Huiles Végétales Pures : leur autorisation pourrait conduire à la naissance d’un certain nombre de petites entreprises de pressage – filtration de tournesol avec de nombreux emplois à la clef, un débouché nouveau pour de nombreux petits agriculteurs, tandis que les bénéfices des filières choisies par le gouvernement se répartiront essentiellement entre de puissants agriculteurs et les compagnies pétrolières (maîtres d’oeuvre des usines de transformation) avec seulement quelques milliers d’emplois.

On constate donc qu’un certain nombre de calculs n’ont peut-être pas été menés avec toute la rigueur souhaitable lorsqu’il s’agit de veiller à l’intérêt général de la population, et qu’une sorte de privilège a été attribué aux plus puissants…

Mais il y a pire encore : notre réduction d’émissions de gaz à effet de serre doit être massive pour avoir un effet mesurable, et ce n’est que par des mesures de grande ampleur qui nous obtiendrions cet effet massif.

Or des mesures de grande ampleur sont possibles et seraient la source de la création de centaines de milliers d’emplois, d’un dynamisme économique plus fort que celui que l’on constate en France ces dernières années ainsi que d’un accroissement du pouvoir d’achat notamment envers les salaires moyens et bas.

Des politiques de grands travaux orientées vers la multiplication des transports en commun (une nécessité pour réduire une source importante d’émission de gaz à effet de serre par l’automobile) et vers une conversion du bâti existant vers une plus grandes indépendance vis à vis des énergies fossiles (et de l’électricité, car il va se construire en France plus de 10 000 MW d’unités de prodution d’électricité à partir de combustibles fossiles), appuyées par les dispositions fiscales appropriées pour que ces politiques atteignent rapidement un régime de croisière important (prix de leur efficacité du point de vue de l’environnement) sont désormais nécessaires mais on ne voit aucun signe qu’elles seront mises en place.

La réhabilitation énergétique de 400 à 500 000 logements par an (conversion au chauffage solaire des locaux et de l’eau sanitaire, amélioration de l’isolation…) donnerait un vigoureux coup de fouet au marché de l’emploi, permettrait la formation de milliers de personnes à des métiers qui leur permettraient enfin de trouver un emploi stable gratifiant, non délocalisable…

Ce seul chantier nécessiterait la création d’au moins 100 000 emplois par an pendant au moins 5 ans…

Un avenir pour tous

Faites des affiches, comme celle-ci ou différentes, mais exprimant un sens identique.

Imprimées, bricolées, griffonées… peu importe !

Et collez-en partout, en banlieue, en ville, en campagne, distribuez largement : vous pouvez agir sur nos avenirs !

Vous qui gagnez le SMIC, imaginez que votre facture de chauffage soit demain réduite de 50 à 70% : vous y gagneriez probablement en confort et assurément en pouvoir d’achat.

Imaginez qu’une possibilité de transport en commun vous permette de ne plus utiliser votre voiture pour aller travailler : quel serait votre gain ?

Pour beaucoup d’entre nous il serait significatif, important.

Mais on s’étripe dans les sphères politiques sur les efficacités comparées de la police et de la justice vis à vis de la délinquance « en banlieue », et l’on enverra probablement des renforts de forces de l’ordre dans de nombreux endroits, qui ne pourront que constater qu’il est presque impossible d’y rétablir et d’y maintenir un minimum d’ordre… comme d’habitude !

Comme si l’enjeu principal, « l’attitude la plus payante » était de montrer que l’on a de la force : mais chacun sait que l’état peut « déployer des forces », c’est même très facile à faire, beaucoup plus facile que de résoudre les problèmes sociaux graves et bien identifiés qui s’accumulent et s’aggravent mutuellement…

Il est bien connu que toute personne qui a de bonnes perspectives d’avenir et d’épanouissement ne s’investit pas prioritairement dans la délinquance, et ce qui manque assurément à de très nombreuses personnes aujourd’hui est cet espoir d’améliorer sa condition.

Ce qu’il faut pour qu’un ordre satisfaisant règne partout c’est que chacun puisse considérer qu’il dispose de perspectives d’avenir satisfaisantes : le premier désordre, le désordre fondamental est que ces perspectives n’existent pas pour tout le monde de façon évidente.

Et du fait de ce réchauffement climatique qui représente une menace grave nous disposons d’une opportunité de « ranimer » notre société, de lui donner un dynamisme nouveau, opportunité qu’il nous faudrait saisir très vite et aurait plusieurs effets positifs pour tous : une relance massive du marché de l’emploi, une amélioration du pouvoir d’achat, une relance forte d’une croissance non destructrice de l’environnement, une amélioration importance de notre balance du commerce extérieur, un renforcement global de notre économie…

Alors vous, les chômeurs, les peu, les mal payés, les « jeunes de banlieue », réfléchissez, renseignez-vous : vous constaterez que la lutte contre le réchauffement climatique constitue une formidable opportunité d’améliorer, parfois de façon considérable, votre ordinaire et vos perspectives de vie.

Mettre le feu à poubelles et voitures ne changera rien à votre condition, mais allumer partout la flamme de l’imagination pour que nous nous attaquions enfin de façon efficace à l’un des grands problèmes du monde, auquel nous n’échapperons pas, voilà ce qui changera votre avenir, notre avenir à tous.

Comment allumer cette flamme ?

En mettant sur le gril tous les candidats à la présidentielle sur le thème de la lutte contre le réchauffement climatique : il faut le faire, dès maintenant, massivement.En leur demandant de présenter un programme précis, chiffré, avec des échéances à respecter et sur lequel ils s’engageront.

C’est sur la qualité des perspectives d’avenir qu’ils offriront à TOUS que nous devrons faire notre choix, parce-que c’est seulement cela qui compte.

Publicités

Commentaires»

1. jcm - octobre 13, 2006

Dans l’entretien que vient de lui consarer Le Monde (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-822904,0.html) Al Gore dit : « Je me concentre sur ce travail de changer l’opinion des gens aux Etats-Unis et ailleurs, de façon que les candidats soient confrontés à une très forte demande de mener les actions nécessaires. ».

Nous sommes exactement sur la même longueur d’onde à ce propos !!!

2. Roland - novembre 3, 2006

Des trans ports en commun, oui, mais des transports en commun à visage humain:
http://miiraslimake.over-blog.com/article-711242.html
Lettre sur les trains – la ŝnuron de l’vivreto


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :